Après Noël, ça sera le jeûne ?

Les fêtes de fin d’année arrivent, et avec elles la peur d’une prise de poids. En effet, ces fêtes sont souvent associées à d’importants repas, où on mange plus que besoin. Certains sauront se mesurer et manger des quantités moyennes, mais pour d’autres ça sera l’occasion de « se lâcher » et profiter de ce moment de plaisir. Plaisir qui viendra évidement du partage avec ses proches, mais aussi plaisir des papilles avec les plats de fête qu’on connait tous (saumon fumé, foie gras, champagne, bûche, etc.).

Pour ne pas gâcher ce plaisir, et se contraindre au moment de la fête, certains se disent alors que sauter le repas suivant rétablira l’équilibre.

 

Bonne ou mauvaise idée ?

Il est évident qu’après un gros repas, nous aurons moins faim au suivant. De là à s’empêcher de manger et « jeûner », c’est la bascule vers un extrême.

Le corps aura des besoins physiologiques inhérents. Et il faudra les satisfaire. Sauter qu’un seul repas ne pose pas de problème en soi. Mais le plus souvent, nous aurons tendance à nous restreindre sur plusieurs repas, pour compenser par culpabilité.

Il vaut donc mieux reprendre nos habitudes alimentaires dès le repas suivant, sans trop se poser de questions. Le mieux sera alors d’écouter son corps, et de s’autoréguler dans les quantités ingérées. Les quantités pourront être moindres oui, mais il ne faut pas se forcer à ne rien manger, ou à manger très léger (par exemple potage de légumes, jus de citron puis terminé).

Le fait de manger nettement en dessous de nos besoins va amener le corps dans des adaptations physiologiques. Adaptations qui en revanche iront à l’inverse de votre objectif de perte de poids. Nous pouvons citer par exemple la réduction du métabolisme basal, ou dépenses caloriques de base. Dans un but de perte de poids, nous cherchons au contraire à augmenter la dépense calorique. Il est donc important de manger de nouveau selon nos besoins après ce type de repas.

 

La culpabilité : comment réagir ?

Le premier conseil serait de ne pas paniquer. Vous n’avez pas tout gâché en seul repas. Ces repas de fête font partie de l’équilibre alimentaire, et surtout de l’équilibre de vie. Vous ne vous imagineriez pas refuser une invitation, ou ne pas fêter Noël parce que vous ne voulez pas manger ceci ou cela. Ce ne sont pas quelques calories en plus sur un repas (nous rappelons qu’une semaine peut contenir 21 repas) qui vont vous faire prendre 2 kg sur la balance.

Si vous étiez dans un équilibre avant ce fameux repas, pas de raisons de tomber dans la gloutonnerie. Vous n’aurez point de frustrations qui vous pousserons à vous jeter sur les aliments comme un affamé.

 

Faire plus de sport ?

Ça sera la même réponse que manger moins suivant votre repas de fête. Continuez à vous entrainer normalement, sans vouloir « compenser » en faisant plus d’exercice. D’une part, nous savons qu’une trop forte augmentation de l’activité physique dans un laps de temps très court amène à des blessures et est contre-productive.

D’autre part, vous vous situerez dans le même schéma de pensée qu’avec l’alimentation. Acceptez votre repas de fête tel qu’il est, sans chercher à établir des stratégies de compensation.

 

Retomber dans les travers

Admettons que vous aviez établi de bonnes habitudes alimentaires jusque-là. A la manière d’une cigarette quand on a arrêté de fumer, faire un repas où vous manger beaucoup d’aliments « pas conseillés » peut vous faire retomber dans vos vieilles habitudes.

Là aussi, acceptez ce repas tel qu’il est, et dites-vous qu’il fait partie de vos habitudes de vie. Plus vous serez sur une alimentation contraignante en amont, plus vous allez créer de la frustration, et plus vous serez susceptibles de « replonger ». Plaisir il doit y avoir, c’est juste qu’il faut que ça soit de façon très occasionnelle.

 

Abordez ces repas de fêtes comme de simples repas, sans y associer du stress ou des pensées négatives. Faites preuve de mesure, ne vous prenez pas la tête, et vous reviendrez naturellement à vos saines habitudes alimentaires.

Le blog continue par ici

Decouvrez nos autres articles

En quoi c’est différent ?

En quoi le CrossFit est différent de ce qui se fait dans les autres méthodes de fitness ? Nous sommes tous d’accord pour dire que CrossFit

Quelles sont tes pierres précieuses ?

Cours de philosophie Tout commence dans une salle de classe. Un professeur de philosophie se tient devant ses élèves, avec quelques accessoires posés sur son